Hommages

Home / Hommages

Geneviève JOMIER

L’annonce du décès de Geneviève Jomier, diffusée Vendredi 23 Mars 2018, a bouleversé la communauté bases de données en France ainsi qu’en témoignent les réactions et échanges de messages sur les différents forums. La communauté BDA qui regroupe les chercheurs en gestion de données souhaite rendre un hommage à Geneviève dont la place au sein de cette communauté a été et restera importante pour ses contributions scientifiques et pour son engagement scientifique et humain.

Geneviève a fait ses premiers pas de chercheuse à l’Université de Nancy 1, puis en tant que chercheuse CNRS, elle a créé un projet (Pépin) à Inria, elle a rejoint l’Université de Paris-Sud et le laboratoire (ISEM) avant de devenir professeure à l’Université Paris Dauphine en 1989. Elle a mené des travaux pionniers en bases de données qu’elles soient relationnelles, objets, temporelles, multi-version, … Pour ne citer que quelques exemples, dans le cadre du projet Pépin à Inria, elle a contribué au développement d’un prototype de SGBD relationnel « multi-microcomputer » précurseur des SGBD en cluster, aujourd’hui très répandus. A l’ISEM, elle a travaillé sur la gestion de versions d’objets, travail qui a influencé le développement des bases de données temporelles. Plus récemment, à l’université Paris-Dauphine, elle s’est attaquée à des problèmes de gestion de données plus complexes : images, données géo-spatiales et spatio-temporelles, données de capteurs, etc.

Geneviève a toujours été une collègue engagée, dans ses travaux de recherche, dans sa mission de transmission des connaissances, dans sa mission de transmission de son expérience du fonctionnement des institutions. Elle s’est impliquée bien évidemment dans la vie de la communauté BDA, dans sa structuration, dans son animation. Elle a été directrice du GDR BD3 et faisait partie du comité de pilotage de BDA; elle a participé à de nombreux comités de programme de la conférence BDA qu’elle a présidé à Agadir en 2001. A l’université Paris-Dauphine, elle a créé l’IUP Génie Mathématique et Informatique et a fondé le DEA 127 (aujourd’hui Master 2 Systèmes Intelligents (ISI)). Elle a aussi créé l’équipe Bases de Données du laboratoire LAMSADE et a formé de nombreux chercheurs. Ses contributions lui ont valu de devenir Officier des Palmes Académiques.

La communauté se souviendra de Geneviève Jomier comme d’une femme de sciences, d’une femme engagée qui exprimait ses opinions mais surtout qui les argumentait avec conviction, et surtout avec une grande bienveillance, dans le souci du bien commun et du partage.

Le comité de pilotage BDA


Michel SCHOLL

Depuis que nous avons appris le décès de Michel Scholl, le mél a beaucoup fonctionné dans la communauté de recherche en bases de données. De multiples témoignages ont montré, s’il en était besoin, la place de Michel dans cette communauté et l’immense capital de sympathie dont il bénéficiait. Cette lettre est formée de fragments de ces témoignages.

Michel fut l’un des pionniers de la recherche en bases de données. Ses travaux ont fait avancer les frontières dans de nombreux domaines commes les bases de données relationnelles, relationnelles étendues et puis spatiales et géographiques. Il a été l’un des leaders de notre communauté et a participé à sa structuration en France notamment avec le programme de recherche et la conférence BDA.

Nous avons tous pu apprécier l’étendue de ses connaissances, son intégrité intellectuelle, son enthousiasme, sa disponibilité, son engagement, sa gentillesse et sa simplicité, son sens de l’humour également. Par son engagement, il a suscité de nombreuses vocations de chercheurs. Il a été pour beaucoup le maître, le pair, le modèle, le confident, et l’ami sur lequel on pouvait toujours compter.

Nous chérissons tous des souvenirs de Michel lors de réunions de travail, de dîners très conviviaux, ou de conférences. Il savait rendre animées, passionnantes des discussions sur tous les sujets, la science, la politique, la religion.

Michel va beaucoup nous manquer. Ceux qui ont eu la chance de travailler directement avec lui et beaucoup d’autres qui l’ont juste côtoyé dans leur vie professionnelle se souviendrons de lui, par dessus tout comme d’un grand humaniste.

La communauté bases de données.

Allez voir le site en son hommage au CNAM


Jean-Pierre CHEINEY

Jean-Pierre était dans sa 41ième année quand il est décédé le 15 Janvier 1995. Il était marié et père de trois enfants.

Il a 19 ans quand il entre fin 1973 sur concours à France Télécom, comme Technicien des Installations Téléphoniques: sa première expérience est celle des logiciels de commutation.

Il devient Inspecteur avant son Service National qu’il fait à comme « canonnier ».

Dès son retour à la vie civile, il se marie et entre comme élève-ingénieur à l’INT, dont il sort diplomé en 1977. Il commence tout de suite sa carrière d’enseignant à l’INCT de Paris, puis en 1982 à l’INT. Il s’engage alors résolument dans la recherche avec les enseignants-chercheurs de Paris 6 et de l’INRIA qui l’accueillent dans l’équipe du projet SABRE .

Le SGBD SABRINA lui doit plusieurs composants et de nombreuses lignes de code!

Il est responsable de la division « Langages et Intelligence Artificielle » du Département Informatique de l’INT en 86 et 87.

Docteur en informatique en 1987 (1), il est recruté comme Maître de Conférence à Télécom Paris en 1988 et devient Professeur en 1991 après avoir reçu son Habilitation à Diriger des Recherches (2).

Ses domaines de recherche concernent alors très largement les Bases de Données: Machines BD, Méthodes d’accès, Placement, Objets complexes, Bases de Données Image, Opérateurs parallèles, Optimisation de Requêtes.

On lui doit la création de ce secteur de recherche en BD auparavant inexistant à Télécom Paris et l’association à notre Ecole de noms de chercheurs parmi les plus prestigieux du domaine tant en France qu’aux Etats-Unis: Georges GARDARIN, Patrick Valduriez, Victor VIANU.

Il a monté à Télécom Paris la plupart des enseignements actuels de Bases de Données.

Il a activement contribué à l’organisation en 1989 et 1990 à Télécom Paris des Journées d’étude « Bases de Données Déductives et Bases de Données Orientées Objet » de l’AFCET (180 participants) et des 1er et 2e Colloques « Systèmes de Gestion de Bases de Données: du prototype au produit », avec le soutien de l’INRIA (A. Bensoussan) et des sociétés Ingres (M. Stonebraker), Oracle et Infosys (150 participants chaque fois)

Il était conseiller scientifique à l’INRIA depuis 1985 et membre du Comité de Programme CNET « Techniques de l’Information » (CP3)

Sous sa direction 5 thèses ENST ont été soutenues: par Yan-Nong Huang et Carla Chachaty en 1991, par Ameur Touir en 1993, par Sergio Lifschitz et Vincent Oria en 1994.